savoir-faire & faire savoir

Blog

xllutherie

xllutherie

Réglage et entretien d’une guitare

Si elle n’est pas correctement réglée, la meilleure des guitares devient difficile à jouer et sonne faux. L’entretien et le réglage complet d’un instrument doit être réalisé au  moins une fois par an. Bien réglée, la guitare vous offrira une meilleure réponse, un confort de jeu et une justesse aussi précise que possible. Le réglage doit être adapté parfaitement à votre style de jeu et non le contraire !

Contrôle de jouabilité d'une guitare

Lors du contrôle on pointera les principaux problèmes d’une guitare : frises, action trop haute, vibrations parasites, justesse et tenue de l’accord.
Une mauvaise géométrie du manche par exemple pourra entrainer des  « frises » ou au contraire une action trop haute et inconfortable pour le jeu. Avec le temps et les vibrations, les mécaniques aussi peuvent prendre du jeu et la tenue d’accord n’est plus aussi bonne. L’humidité peut aussi pénétrer l’électronique et provoquer des grésillements et autres bruits parasites. L’usure des frettes dûe au frottement des cordes entraîne des frises et peuvent altérer la justesse de l’instrument.

1. Evaluation des imperfections DE JEU

A. Les frises

Les frises peuvent être causées par plusieurs phénomènes :

La corde frise à vide : le niveau des cordes à la tête est trop bas, donc c’est le sillet de tête qu’il faudra régler en le remontant.
La corde frise partout et régulièrement: c’est sur tout la manche que le niveau des cordes est trop bas. Il faut relever les cordes au chevalet.
La corde frise dans les premières cases: le manche est trop bombé, il faut le retendre.
La corde frise dans les dernière cases: le manche est certainement trop creux, il faut le détendre.
La corde frise sur une seule case : Parfois c’est le contact de la corde sur une frette trop plate qui causera la frise en créant un étouffement de la note et une vibration parasite légère. D’autre fois, cela veut dire que la frette est trop basse par rapport à la suivante. Cela arrive lorsque la frette se creuse localement au contact de la corde.

Il est d’autres phénomènes qui causeront des frises, elles sont dues à l’irrégularité du plan des frettes. Ainsi, certaines frettes plus jouées que d’autres, seront d’avantages creusées. Lorsque deux frettes consécutives n’ont pas précisément la même hauteur, la corde peut friser. Dans ces cas-là, et suivant l’état de l’usure des frettes deux possibilités s’offrent à vous : une planimétrie ou un re-frettage.

B. Justesse de l'instrument

Il arrive très fréquemment qu’une guitare soit fausse, notamment lorsque l’on remonte sur le manche. Les notes de la guitare sont déterminées par l’emplacement des frettes et en font un instrument dit « tempéré ». Ces notes sont calculées en fonction du diapason*, de la tension et du diamètre d’une corde.

*Diapason = longueur de corde vibrante (distance sillet de tête/impact corde chevalet)

Toutes les cordes étant différentes, par leur diamètre, leur tension, ces valeurs changent, et donc en principe, leur emplacement théorique aussi. En bref, il faudrait un diapason différent pour chaque corde, mais la guitare serait impossible à jouer ! C’est ce qui fait qu’une guitare est par définition toujours fausse ! Pour palier à ce problème, il faut opérer une compensation, c’est-à-dire modifier la longueur théorique de chaque corde. C’est ce que l’on fera au réglage.
Pour tester la justesse d’un instrument, on va utiliser l’accordeur électronique et tester la justesse à la 12° case (l’octave). On joue l’harmonique de chaque corde et on la note appuyée. Les deux notes doivent être identiques. Si elles ne le sont pas, il faudra le régler.

2. Jouabilité de la guitare

La rectitude du manche

Elle se contrôle entre la 1ère frette et la dernière frette avant la jonction (ou le début du talon du manche). Utiliser la corde comme référence et toujours travailler face à la lumière. Ce contrôle se fera entre la 1ère et la 14° case, en vérifiant l’espace corde/frette au centre, c’est à dire à la 7° case. Cet espace, qu’on appelle la FLECHE ne doit pas excéder 0,5mm.
Une autre manière de la contrôler rapidement et de regarder la tranche du manche en se positionnant face à la tête, et comparer la tranche du manche à la corde MI qui elle est parfaitement droite. On voie vite la courbure.

Hauteurs des cordes 

Sillet de tête : Pour contrôler la hauteur des cordes, il faut appuyer la corde à la 3°case et vérifier la hauteur de corde à la première frette. Cette hauteur se contrôle du dessus de la frette au dessous de la corde. Il doit y avoir un léger espace, de l’ordre d’un filet de lumière (entre 2/10° et 3/10°mm).

Chevalet : La hauteur des cordes se mesure à la 12° frette, toujours entre le dessous de la corde et le dessus de la frette.
Celle-ci doit être de l’ordre de :
Mi1 : 2 mm et Mi6 : 2,5 mm pour une guitare électrique
Mi1 : 2,5 mm et Mi6 : 3 mm pour une guitare folk
Mi1 : 3 mm et Mi6 : 4 mm pour une guitare classique
Mi1 : 2,5 mm et Mi6 : 3 mm pour une basse

3. Test du bon fonctionnement des mécaniques

Avec la dilatation du bois dues aux variations de températures et d’hygrométrie (=taux d’humidité dans l’air), mais aussi le temps et l’utilisation fréquente, les mécaniques prennent du jeu. La tenue d’accord n’est alors plus aussi bonne. J‘actionne les mécaniques en désaccordant puis ré-accordant la guitare et joue pour contrôler si l’accord tient correctement.

4. Test de l’électronique

Je branche la guitare, pousse les micros et teste chaque potentiomètre pour écouter s’il y a des « crachottements » ou autre bruits parasites (ronflements, souffle…)

Entretien d'une guitare

Lorsque vous jouez votre guitare, les cordes, les frettes et même la touche sont soumises à l’acidité contenue dans la sudation de vos mains. C’est la raison principale pour laquelle les cordes s’oxydent. Il en va de même pour les frettes. Aussi, vous laisserez toujours de la saleté sur la touche qui se dépose le long des frettes. La touche est la seule partie de l’instrument qui ne soit pas vernie. Il convient alors de la protéger en la nourrissant avec de l’huile.

1. Nettoyage et lubrification de toutes les pièces mécaniques

Après avoir enlevé les cordes, je resserre et lubrifie chaque mécanique. Je resserre les boulons qui maintiennent l’axe des mécaniques et resserre la mécanique en serrant la vis sur le bouton de la mécanique.

2. Nivelage et polissage du plan des frettes

Cette opération consiste à passer une cale abrasive sur tout le plan de frettes pour l’égaliser. Toutes les frettes doivent être toutes sur le même plan, auquel cas, on aura des problèmes de frises. Il faut ensuite re-sculpter chaque frette pour lui redonner un arrondi correct sur le dessus et ainsi refaire une arrête bien nette qui génèrera une note juste !

3. Nettoyage et entretien de la touche

Je nettoie la touche à l’aide d’un chiffon humidifié avec le l’eau savonneuse, et efface toute trace puis laisse sécher. Ensuite je réhydrate la touche avec de l’huile de lin. Ainsi la touche est protéger contre l’acidité dégagée par la sudation des mains du guitariste. Ce huilage n’est pas nécessaire si la touche est vernie comme sur les manches Fender tout érable !

4. Nettoyage des composants électroniques

Je nettoie toute l’électronique à l’aide d’un produit de reprise de contact que je pulvérise à l’intérieur de chaque potentiomètre et essuie toute trace d’humidité. Si le bruit persiste, le potentiomètre fatigue, il faudra le changer ! Des problèmes peuvent aussi venir d’un problème de blindage de la cavité.

5. Nettoyage du corps

Toujours avec l’eau savonneuse, on ne sait jamais de quoi est composé le vernis d’une guitare donc au risque de bruler le vernis, mieux vaut utiliser l’huile de coude, y’a rien de mieux !

Réglage de guitare

Le réglage est un exercice qui, pour être bien exécuté, demande beaucoup d’expérience de la part de l’exécutant. Le luthier doit pouvoir comprendre et anticiper les besoins du musicien pour les marier aux spécificités de chaque modèle de guitares pour trouver le compromis idéal.
Le réglage se déroule normalement en 6 étapes qui respectent une chronologie bien précise :
1. réglage de la hauteur des cordes au sillet de tête
2. Réglage de la géométrie du manche
3. réglage de l’action du chevalet / sillet de chevalet
4. réglage de l’intonation (justesse)
5. réglage des micros
6. test final

1. Réglage du sillet de tête 

Le sillet de tête est un réglage complètement indépendant, à l’inverse des autres réglages qui respectent une chronologie bien précise. Une action (=hauteur de cordes) trop haute, demande un effort important pour la main gauche. Réglée trop basse, elle sera la cause de frises. Des points d’impacts précis donneront aussi une excellente tenue d’accord.
Je commence d’abord par vérifier les sillons du sillet de tête. Ils ne doivent pas être trop profonds, cela étoufferait la corde et la transmission de la vibration ne se ferait pas bien. La corde doit être insérée de moitié.

Concernant la hauteur des cordes, je le rappelle, cette hauteur se contrôle du dessus de la frette au dessous de la corde. Il doit y avoir un léger espace, de l’ordre d’un filet de lumière (entre 2/10° et 3/10°mm). Si la cordes est trop haute, on rectifie le sillet en le ponçant par la base, en faisant attention à garder la perpendicularité de la base. Si elle est trop basse, il faudra glisser sous le sillet un bout de placage ou de papier à poncer pour le faire remonter.

2. Réglage de la courbure du manche

Une bonne géométrie du manche est LA BASE de tout réglage. Les manches des guitares électrique et folk sont équipés d’une tige de renfort réglable appelée Truss-rod qui permet ce réglage. Il est parfois nécessaire de démonter le manche pour y accéder.
Je rappelle que c’est une tige de renfort avant tout, même si elle est réglable, elle agît jusqu’à une certaine limite. Si le manche à trop travaillé, ce n’est pas la peine de forcer, auquel cas, on risque de casser la barre à l’intérieur et la, c’est le drame !

Exemple de courbures de manche

Si le manche est trop bombé, les cordes frisent dès les premières cases, et certaines notes jouées peuvent ne pas sonner du tout. Le manche est trop en arrière, il faut desserrer le Truss-Rod pour redresser le manche. Tourner la clé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, par ¼ de tour.

Si le manche est trop creux, l’action au milieu du manche devient trop haute et inconfortable, on dit souvent que le manche est dur. Parfois, certaines notes (vers le milieu du manche) peuvent être étouffées, friser ou même ne pas sonner du tout. Le manche est trop tiré, il faut alors resserrer le Truss Rod pour le détendre. Tourner la clé dans le sens des aiguilles d’une montre, par ¼ de tour.

Actionner la tige de renfort doit se faire délicatement, ¼ de tour par ¼ de tour et toujours les cordes tendues et accordées. Entre chaque ¼ de tour, on rejoue un peu l’instrument histoire que le manche se remette en place. Et on continue à actionner tant que la géométrie n’est pas bonne. Lorsque le manche présente une bonne géométrie, on peut continuer et régler ensuite la hauteur des cordes au chevalet.

3. Réglage de l’action et du chevalet/vibrato

Le réglage du sillet de chevalet ou du chevalet/vibrato (pour une guitare électrique) permet d’ajuster l’action (hauteur des cordes) en fonction des besoins du guitariste. La touche est légèrement bombée, c’est ce que l’on appelle le radius. Celui du sillet doit être en correspondance. Comme je l’ai dit précédemment, elle se mesure à la 12° frette, toujours entre le dessous de la corde et le dessus de la frette. Sur les guitares électriques, on retrouve plusieurs types de chevalets/vibratos :

Le vibrato « type Stratocaster vintage »

le vibrato repose sur 6 vis non réglables et ne peut être actionné que dans un seul sens, en arrière. Le vibrato doit donc, avant toute chose, être collé au corps de la guitare. Si ce n’est pas le cas, il faut tendre les ressorts de vibrato. Ensuite, on règle la hauteur des cordes une par une en actionnant les vis des pontets qui feront monter ou descendre les cordes.

Le vibrato flottant à couteaux 

Le vibrato repose sur deux vis (goujons) dont la hauteur est réglable. C’est un vibrato dit flottant, c’est-à-dire actionnable dans les 2 sens, en avant et en arrière. On règle d’abord l’assiette du vibrato, c’est-à-dire son parallélisme par rapport au corps de la guitare. Pour cela on serre ou desserre les ressorts en vissant ou dévissant le peigne qui se situe au dos. Ensuite, on règle la hauteur du vibrato en actionnant les deux vis. Maintenant on peut régler la hauteur des cordes une par une en actionnant les vis des pontets.

Le Chevalet « Tune O Matic »

Caractéristique chez Gibson: le réglage de hauteur (action) se fait au moyen des deux grosses vis, de chaque côté du bloc chevalet. Ici on ne peut pas régler la hauteur de chaque cordes et donc suivre le radius. En principe chaque pontet à une hauteur différence qui suis ce radius.

4. Réglage de l'intonation (justesse)   

Le réglage de l’intonation est le dernier ajustement effectué avant le réglage des micros (si la guitare est électrique). Je règle ainsi la justesse des harmoniques souvent fausse sur la plupart des guitares, en modifiant la longueur de chaque corde. Sur une guitare électrique il suffit d’avancer ou de reculer chaque pontet du chevalet/vibrato.

Sur Vibrato type Fender
Sur Vibrato type Gibson

On va utiliser l’accordeur électronique et tester la justesse à la 12° case. On joue l’harmonique de chaque corde et on la joue appuyée (les deux à la 12° case). Les deux notes doivent être identiques. Si la corde appuyée est plus haute que son harmonique, il faut alors rallonger la longueur de note et donc reculer le pontet. Si la corde appuyée est plus basse que son harmonique, alors il faut raccourcir sa longueur en avançant le pontet. Jusqu’à arriver à un parfait accord entre les deux.

5 – Réglage de la hauteur des micros

Cela permet d’influencer le son. Des micros proches des cordes donnent un son puissant qui sature très vite. Des micros loin des cordes donnent un son clair et peu puissant. Pour mesurer la hauteur du micro, il faut appuyer sur les cordes de MI aigu et MI grave au niveau de la dernière case et avec une règle mesurer l’espace entre le haut de l’aimant et le bas de la corde. Il devrait être compris entre 1,50mm et 5mm.

– Pour un micro simple bobinage : corde MI aigu 2,00mm et corde MI grave 2,50mm
– Pour un micro double bobinage : corde MI aigu 2,00mm et corde MI grave 1,5mm.

Conclusion

Voilà, votre guitare est fin prête à être jouée et devrait maintenant vous offrir des possibilités de jeux beaucoup plus aisées !  Si toutefois vous ne vous sentiez pas de faire vous-même ce travail, sachez que je réalise des check-up complets !

Découvrez mes check-ups pour guitare et basses !

Forfait entretien et réglage complet

Reprise du jeu des mécaniques - Nettoyage et lubrification de l'acastillage - Nettoyage et hydratation de la touche - Nettoyage du corps ou de la caisse - Reprise et nettoyage des composants électroniques - Polissage des frettes - Montage des cordes et accordage. Réglage de la rectitude du manche - Réglage de l'action - Réglage de l'intonation - Réglage de la hauteur des micros - Test final.
A partir de 75 €

Forfait entretien et réglage complet

Reprise du jeu des mécaniques - Nettoyage et lubrification de l'acastillage - Nettoyage et hydratation de la touche - Nettoyage du corps ou de la caisse - Polissage des frettes - Montage des cordes et accordage. Réglage de la rectitude du manche - Réglage de l'action - Réglage de l'intonation - Test final.
A partir de 65 €

Si cet article vous a plus, n'hésitez pas à le partager !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page